Communiqué de Benoît Hamon

Vendredi 7 avril 2017

Il est de notre devoir de réagir face à la barbarie extrême. Benoît Hamon s’est toujours refusé à hiérarchiser l’horreur. Daesh et Bachar Al Assad sont des barbares.

L’administration Trump a montré la nuit dernière qu’il y avait un coût à franchir certaines limites. Bachar Al Assad est directement responsable des frappes américaines.

Après six années d’un conflit meurtrier et après la barbarie extrême dont ont été victimes mardi les populations de la ville de Khan Cheikhoun, notre objectif doit être de faire avancer une solution politique pour parvenir à une paix durable en Syrie sous l’égide des Nations Unies.

Les armes chimiques et leur emploi contre les populations sont inacceptables. Une solution politique en Syrie ne peut, pour être viable, inclure le maintien de Bachar Al Assad en Syrie. La Russie doit comprendre qu’on ne peut trouver de solution avec un homme qui gaze et massacre son peuple.

Les paramètres d’une solution politique sont connus. Ce sont ceux qui ont été posés par les résolutions des Nations Unies. Toutes les parties devront être à la table des négociations. La France devra prendre toute sa part dans leur mise en œuvre.