Monsanto Papers : une nouvelle preuve accablante de la nécessité d’interdire les pesticides et les perturbateurs endocriniens

Ce que l’on appelle déjà les Monsanto Papers rappelle une cruelle vérité : trop longtemps, la main du politique a été légère, sous influence des lobbies lorsqu’il fallait agir fermement pour protéger la santé des Français. Il faut que cela cesse.

La révélation des mensonges de la multinationale Monsanto par la justice américaine conforte dramatiquement ce que j’ai défendu depuis le début de ma campagne en faisant de la lutte contre les lobbies et de la prévention de la santé ma priorité.

Il est clair aujourd’hui que Monsanto a tout entrepris depuis vingt ans pour cacher la dangerosité du glyphosate, principal principe actif de son célèbre produit Roundup. Elle a infiltré agences et régulateurs et elle a menti quand aux informations qu’elle détenait. En déclassifiant, jeudi 16 mars, plus de 250 pages de sa correspondance interne, la justice américaine a clairement montré que cette dernière connaissait depuis 1999 la dangerosité de ses produits. Le glyphosate est donc bien mutagène et génotoxique. Il expose les agriculteurs et les consommateurs à des risques accrus de cancers.

Dès mon élection, j’appliquerai le principe de précaution en retirant les autorisations de tous les pesticides dangereux et en interdisant l’importation des denrées alimentaires utilisant une substance interdite en France. J’interdirai en ce sens les perturbateurs endocriniens pour prévenir les effets nocifs de ces substances sur la santé de nos enfants et de nos concitoyens.

Proposer un futur désirable, c’est aussi soutenir et promouvoir une agriculture respectueuse de la biodiversité, de l’environnement et de la santé des agriculteurs comme des citoyens. Les agriculteurs doivent pouvoir exercer leur métier sans mettre en cause leur propre santé, ce que ne permet pas l’utilisation de produits toxiques contenant du glyphosate. Je m’engage à faire évoluer la PAC pour répondre à cet objectif et accompagner financièrement les agriculteurs vers une agriculture saine et plus durable.

La révélation de ces documents internes est enfin le résultat de l’action judiciaire de plusieurs centaines de travailleurs agricoles. Ce scandale démontre une fois de plus la force des citoyens quand ils se mobilisent collectivement face aux lobbies. Je ne céderai pas dans ma volonté de promouvoir une société plus démocratique, donnant davantage aux citoyens le pouvoir de faire face aux groupes de pression.

Il n’est jamais tolérable que le débat démocratique soit prisonnier des puissances de l’argent. Conflits d’intérêts, absence totale d’indépendance et de transparence sont au cœur de ce scandale sanitaire. La transparence doit être appliquée par tous ceux qui aspirent à diriger le pays afin que chacun puisse s’assurer que l’élection présidentielle ne soit pas aux mains des lobbies mais entre celles des Français.