Communiqué de presse de Benoit Hamon

En déplacement à Brest le mardi 27 décembre 2016, Benoit Hamon s’est rendu sur des sites stratégiques de la Marine nationale et a abordé, avec les principales autorités militaires, l’ensemble des missions qui leur sont attribuées (action de l’Etat en mer, dissuasion nucléaire, prévention des crises et la vigilance permanente).

Une première rencontre a eu lieu avec le commandement de la Préfecture maritime de Brest pour réaliser un état des lieux sur la situation de la zone de défense et de l’action de l’Etat en mer (sécurité des personnes et des biens, police des pêches, lutte anti-pollution …).

La fin de la matinée a été consacrée au Cross Corsen, service placé sous l’autorité du Préfet maritime de l’Atlantique, qui assure la réception des alertes de détresse. Il peut faire appel à l’ensemble des moyens nautiques et aériens des ministères chargés de la défense, de l’intérieur, de la mer et du budget(les douanes) ainsi qu’aux canots, vedettes et embarcations semi-rigides de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM), son premier partenaire opérationnel. Ce dispositif a un rôle essentiel pour la prévention en mer, le sauvetage et la surveillance côtière. Il est crucial que les moyens qui leur sont attribués soient maintenus pour assurer leurs missions de service public.

Benoit Hamon s’est ensuite rendu à l’Ile Longue à bord d’un SNLE (sous marin nucléaire lanceur d’engins) pour échanger avec les officiers supérieurs sur la force océanique stratégique (FOST).
L’ensemble des ces rencontres confortent Benoit Hamon dans l’idée de porter des propositions claires pour la Défense nationale et d’assurer à nos forces les moyens de leurs missions. Parmi ses propositions, Benoit Hamon est attaché :

  • Au maintien de la dissuasion nucléaire française dans ses capacités actuelles qui garantit actuellement à la France une partie de sa souveraineté, une autonomie de décision et une liberté d’action.
  • Au développement de nos capacités maritimes notamment celui du renouvellement de nos patrouilleurs de haute-mer, bâtiments essentiels pour protéger la zone économique exclusive de la France.
  • Au maintien de la capacité aéronavale française essentielle pour maintenir une capacité significative de projection de nos forces armées.