Soutien au combat des salariés de Mégabus

La loi Macron, passée en force au Parlement avec l’utilisation de l’article 49.3, a libéralisé le secteur des autocars. Emmanuel Macron, alors au
gouvernement, avait annoncé la création de 22 000 postes. Un an plus tard, moins d’un dixième des emplois promis ont vu le jour. Seuls 1350 ont
effectivement été créés.

Aujourd’hui, les 175 salariés de la société Mégabus risquent de perdre leur emploi. Cette faillite, c’est celle du système Macron où la concurrence
généralisée est érigée en modèle et où la casse sociale qui l’accompagne devient une simple variable d’ajustement pour les entreprises. Un modèle fait de pratiques commerciales agressives où les prix ne correspondent pas aux coûts réels de l’entreprise. C’est ce fonctionnement qui entraine la suppression de nombreux emplois pour des entreprises qui ne rapportent pas assez. Benoit Hamon se tient solidaire du combat des salariés de l’entreprise et de leurs revendications. Il tient à leur apporter son soutien ainsi qu’à l’intersyndicale CGT, UNSA, CFDT qui se bat pour les droits des salariés, pour qu’ils soient traités dignement et reclassés en cas de faillite.

Télécharger le communiqué de presse