A la fête de l’Huma : « les cheminements que nous faisons les uns les autres sur la question sociale, la question démocratique, la question européenne, se croisent, convergent et font chemin commun »

Benoît Hamon s’est déplacé en cette fin de semaine à la fête de l‘Humanité qui rassemble chaque année sympathisants, militants, badauds et amateurs de musique. Convivialité, camaraderie et débats de fond ont été les maîtres mots de cette première journée de fête. Au menu de son projet : remettre au centre de l’élection présidentielle la question sociale pour renouer avec le progrès, fil d’Ariane de la gauche. Dans le droit fil de son discours fondateur de La Gauche pour gagner à Saint-Denis le 28 août, il souligne dans des propos repris par l’Humanité que si « l’élection se joue sur ce que c’est qu’être français, la gauche est condamnée à perdre« . Au fil du discours, la salle se réveille et écoute attentivement les propositions du candidat : revenu universel, partage du temps de travail, renouveau démocratique avec la VIème république. «  En tant que candidat à l’élection présidentielle, je défends le principe d’une abrogation de la loi travail remplacée par une loi de progrès social qui prend en compte les véritables défis de notre temps : le partage du temps de travail, le revenu universel, une adaptation des droits des travailleurs aux nouvelles formes de travail, une prise en compte de la souffrance au travail.  »

Les convergences sont nombreuses avec les autres candidats de la gauche, qui interviennent avant et après son discours. « La réalité, (…), c’est que les cheminements que nous faisons les uns les autres sur la question sociale, la question démocratique, la question européenne, se croisent, convergent, font chemin commun » lance le député des Yvelines, repris dans le journal Sud-Ouest. A la fin du discours, les amateurs de musique se dispersent pour aller écouter leur groupe favori, mais il résonne désormais au creux de leur oreille, une note d’espoir.

IMG_6426